44_Rigolette Il est des mots qui enchantent avant même de connaître leur signification...je comprenais bien que cette batiste là était une lointaine cousine d'un nonchalant tisseur, mais, finalement, je n'étais pas si loin de la réalité!

Êtes-vous plutôt Rigolette ou Nana ce soir?

La sage Rigolette, représentée ici appliquée à coudre un mouchoir de fine batiste, a été peinte par Joseph Désiré Court en 1844. L'héroîne des mystères de Paris d'Eugène Sue se tient bien droite dans son fauteuil et détourne le regard de son ouvrage : elle aurait, parait-il, les traits  de Delphine Delamare, la Madame Bovary de Flaubert...

Nana

Nana de Manet semble beaucoup plus dévergondée, affairée à quelques préparatifs de soirée...mais comme sa parente de province, elle apprécie la délicatesse de cette toile de lin fine et serrée, dont la dénomination proviendrait du prénom de l'inventeur, Baptiste Chambray, fabricant du XVIII ème siècle. Les plus belles batistes sont obtenues à partir d'une espèce particulière de lin, appelée ''rame''.

Le fil de batiste est lustré à la main ce qui donne à la toile un aspect très soyeux et un toucher doux ; ainsi la batiste était utilisée pour les dessous féminins, la lingerie fine et les mouchoirs avant tout.

Les pièces anciennes sont aujourd'hui très recherchées des amateurs, sans aucun doute à cause de leur charme et de leur indéniable qualité.