73 Monet Mme Gaudibert 2 Madame Gaudibert, drapée d'une jolie robe de taffetas, porte négligement sur ses hanches un beau châle de cachemire, comme toute femme élégante du second empire; en ce jour où elle s'offre au regard du peintre Claude Monet, elle est parfumée ( malgré sa volonté!) au patchouli, et cette odeur un peu âcre et terreuse envahit le petit salon cossu qui sert de fond à ce portrait.

Le Cachemire est une province du Nord-ouest de l'Inde : elle a été conquise en 1586 par Akbar, premier empereur monghol de l'Inde; A partir de là, l'art et l'artisanat seront influencés par l'art islamique. Au XVIII ème siècle, la production de cette région est tout à fait originale et les châles, tissés avec des poils de chèvre ont contribué à la renommée du Cachemire. Cette production est exportée alors vers la Perse et l'Europe. Elle sera bientôt très réglementée. Le décor de ces châles présente des motifs ornementaux répétitifs, formés de petites fleurs à la manière persanne et de bouquets à la mode monghole. Ils se situent tout d'abord en bordure du châle puis envahissent ensuite toute sa surface. Ce décor devient réversible dès le milieu du XIX ème siècle.

Ces châles font fureur en Europe , à tel point que dès 1840, on installe des fabriques tout d'abord en Grande - Bretagne ( Edimbourg,Norwich), puis en France, à Lyon. Grâce au métier Jacquard, les motifs deviennent de plus en plus sophistiqués et séduisent un plus grand nombre de coquettes.

Le patchouli ?  et bien son parfum, jugé quelquefois trop entêtant par certains , était indissociable du châle venu des contrées lointaines. Cette herbe à l'odeur forte et camphrée est en effet un excellent anti-mites naturel; les précieuses cargaisons voyageant des mois en soute ne pouvaient en effet arriver mutilées de multiples trous aussi l'usage de cette naphtaline naturelle s'imposait et dégageait, de longs mois après, sa fragrance si particulière...